Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 09:10

VOIR TOUS LES ARTICLES

 

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN

 

 

 

 

Le syndrome du tunnel carpien, appelé aussi syndrome du canal carpien (SCC), est en augmentation croissante depuis les années 80 avec l’avènement  de l’informatique individuelle. Plus fréquent après 45 ans à la ménopause ou chez les femmes enceintes.

 

DÉFINITION

 

Affection neurologique ; compression du nerf médian dans le tunnel carpien, formé par le ligament carpien transverse et les os carpiens. Ce syndrome peut être associé à des traumatismes professionnels répétitifs (troubles traumatiques cumulatifs), traumatismes du poignet ; neuropathies, grossesse ou d’autres maladies.

 

 

 

SYMPTOMES

 

*     Douleur brûlante.

*     Douleur nocturne.

*     Fourmillements dans les doigts.

*     Engourdissements de la main.

*     Paresthésies à la surface ventrale de la main et des doigts avec radiation proximale.

*     Une diminution de la sensation de distribution du nerf médian.

*     Maladresse des doigts lors des gestes fins.

*     Œdème de la main et des 3 premiers doigts.

*     Hypersudation palmaire.

*     Amyotrophie thénarienne.

*     Troubles objectifs de la sensibilité et de la motricité.

*     Faiblesse et la perte graduelle de la dextérité (difficulté à tenir un crayon ou un objet, à serrer la main).

 

 

EXAMEN ET TESTS

 

Signe de Phalen : on demande au patient de plier le poignet en dirigeant la paume de la main vers l'avant-bras pendant une minute.

 

 

Le dynamomètre de préhension de Jamar permet de mesurer la force des fléchisseurs et d’évaluer le degré d’atteinte neurologique motrice.

 

 

Test de Tinel : Percussion  du canal carpien.

 

 

Un électromyogramme : test de conductivité. Pas très agréable à subir pour le patient. D’un intérêt très relatif.

 

 

 

TRAITEMENTS CLASSIQUES

 

Ø      L’immobilisation (ne fait que déplacer temporairement le problème)

Ø      Les infiltrations de corticoïdes (efficacité limitée dans le temps)

Ø      Kinésithérapie (inadéquate)

Ø      Chirurgie (80'000 / an ; toute chirurgie comporte un risque : anesthétique, septique nosocomial : Staphylocoque doré et autres !)

La chirurgie doit rester l’issue de dernier ressort !!!

 

 

APPROCHE CHIROPRATIQUE

 

Le nerf médian prend son origine dans les racines nerveuses C6, C7, C8 et D1. Les paresthésies dans la région de la main et des doigts peuvent résulter d’interférences situées tout le long du nerf médian.

 

Basé sur cette constatation anatomique et grâce à son expertise palpatoire, le Chiropraticien saura trouver les conflits articulaires avec le nerf médian qui peuvent avoir plusieurs localités et saura les réduire. C’est parce que sa vision du problème est plus élargie et sa compréhension plus globale qu’il peut traiter les causes et non uniquement masquer le symptôme.

 

Le syndrome du canal carpien est au moins une "double compression" : le nerf est compressé d'une part au niveau de la colonne vertébrale et d'autre part au niveau périphérique ou distal.

 

 

 

Disons-le clairement, la première approche du syndrome du tunnel carpien doit être par la Chiropratique parce que cela est logique. Pourquoi ? Parce que c’est l’approche la plus conservatrice avec la meilleure prise en charge globale du problème. Traiter que le poignet n’est pas suffisant mais l’éducation des patients est orientée sur le symptôme par la médecine conventionnelle. C’est justement là que la Chiropratique fait toute la différence en remontant jusqu’aux causes premières. Masquer le symptôme ne vous apportera rien de durable alors que traiter l’ensemble des causes, non seulement fera disparaître votre symptôme mais améliorera l’ensemble des fonctions qui étaient limitées par ces interférences. Ainsi, la zone cervicale traitée pourra améliorer : la mobilité du cou et de al tête, la force musculaire du bras et de la main, la dextérité des doigts, la circulation sanguine et lymphatique dans les extrémités, le fonctionnement de l’épaule et du coude, le fonctionnement thyroïdien, l’asthme, le reflux gastro-œsophagien …

 

 La Chiropratique est la 3ème profession de santé au monde ; depuis plus de 100 ans aux Etats-Unis, des millions d’ajustements (acte Chiropratique) sont prodigués journellement. La Chiropratique vous offre une alternative naturelle, non invasive et sans effet secondaire, qui permet à de nombreux patients de retrouver un usage normal de leurs mains. D’autres bénéfices directs : meilleure mobilité, coordination, force, dextérité mais aussi, détente, absence de spasme (torticolis), crampe ou céphalée sont également manifestes. Certains  sont insoupçonnés : régulation de, problème ORL ou de toux, l’asthme, la thyroïde, la déglutition. 

  

Le Chiropraticien jouera également un rôle important dans l’apprentissage des postures et de l’ergonomie dans un but curatif et préventif d’éventuelles récidives. L’agencement de son espace de travail autour de l’ordinateur et des différents réglages de hauteur est capital pour ne pas développer d’autre syndrômes neuro-squeletto-musculaires.

 

Un dysfonctionnement éliminé à son stade primaire, même s’il est cliniquement silencieux, peut éviter des réactions en chaîne qui aboutissent à la maladie déclarée.

 

 

Bruno LECLERC

CHIROPRACTEUR

Diplômé “Doctor of Chiropractic”

du Cleveland Chiropractic College - U.S.A

Kinésiologie Appliquée

Bio-énergéticien

 

88 allée Fleming

76230 BOIS-GUILLAUME

 

02 . 35 . 61 . 24 . 13

06 . 08 . 02 . 28 . 59

 

Site : chiro.over-blog.net

 

 

Articles en relation :

 

Ø      PROBLEMES DE COU EPAULE BRAS

Ø      VOIR TOUS LES ARTICLES

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
B Leclerc D.C - dans chiro
commenter cet article

commentaires